Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Un coin pour Vivi, l'organisation facile

Envie de bonbons

31 Octobre 2011, 07:08am

Publié par 1boutdevie

Aujourd’hui c’est Halloween. Je ne vais pas vous parler de légendes, de citrouilles…

Non moi j’ai juste envie de vous faire partager ce qu’était ma folie de future mariée. Quand je voyais tout ce que je voulais réaliser pour notre mariage en faisant des journées de dingue au boulot... je me disais quand même que je devais l'être un peu.

piece-montee-bonbons.jpg

La pièce montée de bonbons faite par moi-même, pour notre mariage. 3 h 17 juste pour mettre tous les bonbons. J’étais aller me fournir directement à la boutique du musée à Uzès. Maman Poussinou en parle ici pour ceux qui veulent voir quelques photos.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

On recule d’une heure

29 Octobre 2011, 06:10am

Publié par 1boutdevie

A 3 h du matin ce dimanche 30 octobre 2011, nous reculerons d’une heure.

Il sera alors 2 h du matin. On a tendance à dire « chouette on gagne une heure de sommeil ». Pour ma part, je vous dirais que ça dépend de votre situation familiale. Perso Moustik se fout royalement qu’on ai reculé d'une heure.

changement d'heureMais au fait, pourquoi on change d’heure ?

Le 16 avril 1784, Benjamin Franklin évoque pour la première fois dans le quotidien français Le Journal de Paris la possibilité de décaler les horaires afin d’économiser l’énergie. L’idée reste cependant sans suite et n’est reprise qu’à partir de 1907 par le Britannique William Willet qui démarre une campagne contre « le gaspillage de la lumière ». L’Allemagne est la première à instaurer ce changement d’heure le 30 avril 1916 et est rapidement suivie par les Anglais le 21 mai 1916 : le Parlement met en place le British Standard Time, en avance d’une heure sur l’heure du méridien de Greenwich. L’idée est reprise par l’Irlande et l’Italie, ainsi que par la plupart des pays européens après la guerre. En Allemagne, entre 1947 et 1949, on instaure même un Hochsommerzeit où les horloges étaient décalées d’une deuxième heure entre le 11 mai et le 29 juin.

En France, l’heure d’été a été proposée par le député bas-alpin André Honnorat, en 1916, puis instituée par une loi votée le 19 mars 1917 (par 291 voix contre 1775) et abandonnée par le Gouvernement provisoire de la République française, le 14 août 1945 avec une certaine confusion entre zone libre et occupée pendant l’Occupation (la zone occupée étant à l’heure allemande). C’est le 28 mars 1976, suite au choc pétrolier de 1973, que l’on a rétabli l’heure d’été : l’objectif était d’effectuer des économies d’énergie en réduisant les besoins d’éclairage en soirée. Le passage à l’heure d’été se fait le dernier dimanche de mars à 2 h du matin. Jusqu’en 1995, le passage de retour à l’heure d’hiver se faisait le dernier dimanche de septembre à 3 h, mais depuis 1996, il s’effectue le dernier dimanche d’octobre (à la même heure), ce qui prolonge la période d'heure d'été durant une partie de l’automne.

Le changement d’heure estival a été introduit dans l’ensemble des pays de l’Union européenne au début des années 1980.

Depuis 1998, les dates de changement d’heure ont été harmonisées au sein de l’Union européenne. Et ceci, afin de faciliter les transports, les communications et les échanges au sein de l’UE. Dans tous les pays membres, le passage à l’heure d’été s’effectue le dernier dimanche de mars et le passage à l’heure d’hiver, le dernier dimanche d’octobre.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Je trie mon linge

27 Octobre 2011, 06:49am

Publié par 1boutdevie

Oui alors je vous vois venir. Vous allez me dire « moi aussi je trie mon linge. Et alors ? Je n’en fais pas un article sur mon blog ».

Bah vous devriez peut être. Parce que ça peut toujours être sympa de découvrir comment d’autres femmes s’organisent pour le linge.

trier-son-linge.jpg

Pour moi, rien de plus simple. En tout cas, c’est simple pour moi. J’ai plusieurs bacs de linge.

Déjà, il faut savoir qu’avant de vivre avec Lhom je vivais chez mes parents où je n’avais jamais fait une seule machine. Bien sûr j’aidais aux tâches ménagères, mais surtout pas aux machines (à part l’éteindre et étendre, détendre et plier le linge), encore moins au repassage. Ça n’a jamais été mon truc. Mais il a bien fallu s’y mettre. Mon truc à moi c’est plutôt organiser sa maison et sa vie pour avoir un max de temps libre à partager en famille. Le linge fait partie des choses que j’ai vite organisées, surtout avec l’arrivée de Moustik et la reprise du boulot.

Je n’utilise que 3 programmes : celui à 30°, celui à 40° et celui à 60°.

J’ai 4 bacs à linge dans la buanderie. Un pour chacun des 3 programmes utilisés et un pour les vêtements de travail de Lhom. J’ai également un bac dans la chambre de Moustik pour son linge. Il y a encore quelques semaines, je lavais son linge séparément du notre. Maintenant, je prends la même lessive hypoallergénique pour toute la famille. La lessive n’est pas plus chère que celle que j’utilisais pour le linge de Lhom et le mien. Et je fais moins de machines. Quand nous mettons du linge au sale, nous le mettons de suite à la buanderie, dans le bac correspondant. Du coup, tout le monde participe au tri du linge au fur et à mesure et ça évite de laisser du linge traîner.

Quand un bac est plein, je mets tout dans le tambour et j’envoie ma machine. Je commence toujours par les machines à 30° et je termine par celle à 60°. D’abord parce qu’à 30° c’est souvent la grosse machine avec le linge courant (pull, pantalon...) et aussi parce qu’il paraît que pour la longévité de la machine, il vaut mieux terminer par les machines chaudes.

Dès que la machine est terminée, j’étends dehors ou dedans selon le temps, de façon à ce que le linge n’ai pas à être repassé. Je réserve le sèche linge pour les machines urgentes parce que même si le linge est plus doux avec le sèche linge, le but c’est quand même de faire des économies.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Je n'ai pas nourri mon enfant

26 Octobre 2011, 06:34am

Publié par 1boutdevie

Jusqu’à ma grossesse, je ne me rendais pas compte à quel point devenir mère pouvait être si éprouvant, mentalement parlant.

L’une des questions qui revenait sans cesse, c’était l’éternelle :

- Sinon tu comptes le nourrir ?

Ah non non, ça coûte déjà assez cher comme ça un enfant, je ne vais pas en plus le nourrir.

Par « nourrir » son enfant, il fallait comprendre « allaiter ». Et oh le choc, quand je disais « non j’ai choisi de ne pas allaiter. Ce sera le biberon ».

- Ah bon. Mais ton mari est d’accord ? Ça ne le dérange pas ? Et tu n’as pas peur de passer à côté de quelque chose ?

« Mon mari est d’accord ? » elle est bonne celle-là. Puis si ça le dérangeait vraiment, il pouvait toujours se faire greffer une paire de seins.

Comme Lhom est du 21ème siècle, il m’a laissée faire mon choix. Et encore heureux. Malgré mes « t’en pense quoi » ou les « toi tu préfères quoi ?» à longueur de journée. Oui parce que j’ai longtemps hésité. En fait jusqu’à mon retour en chambre, j’ai hésité. C’est seulement quand la dame est venue me demander si ça allait être biberon ou allaitement maternel que j’ai répondu « Biberon ».

La réflexion qui m’a le plus énervée, c’est le jour où le père de Lhom m’a carrément dit « ah si, il faut que tu allaites ». Euh non j’ai pas envie. De quoi je me mêle franchement ?! Je veux que Lhom puisse aussi partager ces moments avec son enfant. Choquée que j’étais quand le beau-père m’a répliqué « tu n’auras qu’à tirer ton lait si tu ne veux pas allaiter ». Oui et puis, tu ne veux pas me dire comment l’élever et m’en occuper tant qu’on y est. Non parce que le beau père, niveau éducation, il devrait plutôt éviter de la ramener.

Le pire, c’est que les réflexions sur l’allaitement venaient le plus souvent d’hommes. J’aurais pu tirer mon lait, mais je ne voulais pas. J’aurais pu allaiter, mais j’ai fini par choisir le biberon. Ça m’énerve que des gens puissent se permettre de donner leur avis sur de tels sujets. Enfin je suis quand même rassurée, Moustik ne semble présenter aucune séquelle du grave traumatisme que je lui ai infligé en ne le « nourrissant » pas.

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

Voir les commentaires

J'anticipe mon budget de Noël

20 Octobre 2011, 06:34am

Publié par 1boutdevie

J'anticipe mon budget de Noël

Noël approche à grands pas, et avec lui, l'éternel soucis du budget.

La crise financière, c'est surtout les Français qui la ressentent : augmentation des loyers, du gaz, de l'électricité, des assurances, de l'essence, des impôts... enfin en gros, augmentation de tout ce que l'on paye mais stagnation du peu que l'on perçoit.

Parce que tout le monde ne peut pas se permettre de mettre 50 € tous les mois pour préparer les fêtes de fin d'année, j'ai envie aujourd'hui de vous faire partager ma petite astuce budget "fêtes de fin d'année".

Chaque mois je défini le même budget courses que je retire en espèces en 2 fois (en début de mois et une quinzaine de jours après). J'ai 2 tirelires, une "noël de Moustik" et une "noël de nous". J'établis ma liste de courses et une fois par semaine je fais mes courses. Lidl pour les grosses courses, 1 fois tous les 15 jours. Puis Géant ou Carrefour, en fonction des promos et des produits à acheter. Si c'est Géant, j'y vais de préférence le jeudi, c'est le jour où ils doublent les points Smiles. Si c'est Carrefour, j'y vais le mercredi, puisque c'est en général le jour de début des catalogues, donc des promos. Bien sûr dans chaque magasin j'ai ma carte fidélité.

Je paye exclusivement en espèces. En rentrant, je donne les pièces de monnaie à Moustik qui adore les glisser dans sa tirelire "noël de Moustik". Et je garde les billets pour les courses de la deuxième semaine. Deuxième semaine, je dispose toujours du solde de mon budget, retiré en espèce la semaine précédente. Après mes courses, même affaire, je mets les pièces de monnaie dans la tirelire "noël de Moustik". Comme la semaine suivante nous serons la troisième semaine, j'irais retirer en espèce, le budget courses de la seconde quinzaine du mois. Si j'ai bien géré mes courses, il doit me rester un peu de monnaie en billet, je le dépose dans la tirelire "noël de nous". Je répète chaque mois le même manège, ça me permet à la fin de l'année, d'avoir une petite enveloppe pour Noël. Ça ne m'empêche pas, si je peux, de prendre sur le budget du mois pour combler si nécessaire.

Je commence juste avant Noël puisque mes cadeaux sont généralement clôturés début décembre. Comme ça, j'ai toujours un an pour prévoir le Noël suivant.

Grâce à mes cartes fidélité de grandes surfaces, je transforme mes points en bons d'achats, ce qui me permet de prévoir les courses des fêtes ou de dépenser les chèques pour les chocolats.

Évidemment, mon astuce ne conviendra pas à tout le monde, mais quand on ne peut pas se permettre d'économiser une même somme toute l'année, c'est aussi une petite astuce pratique.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires