Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Un coin pour Vivi, l'organisation facile

test & avis

La guerre des duchesses T1

24 Août 2014, 05:30am

Publié par Flavie

La guerre des duchesses T1

Résumé :

Le 21 juin 1627, François de Montmorency-Bouteville est décapité en place de Grève pour avoir violé vingt-huit fois les édits royaux interdisant le duel. Il laisse une jeune épouse de vingt ans, deux petites filles de deux ans et un petit garçon à naître.

Ce serait la misère si la princesse Charlotte de Condé, leur cousine, ne se chargeait d’élever les enfants selon leur rang. Chez elle Isabelle, la cadette des filles, va s’éprendre très tôt du duc d’Enghien, futur Grand Condé et l’aîné des fils de la maison qui a six ans de plus qu’elle et qui la dédaigne jusqu’à ce qu’en grandissant, elle devienne ravissante. Ce qui va déplaire profondément à sa sœur Anne-Geneviève, future duchesse de Longueville, très belle et très adulée mais qu’un sentiment trouble – payé d’ailleurs de retour ! – unit à Enghien. Elle ne tolère jamais qu’il aime ailleurs et se comportera en conséquence…

Quand éclatent les troubles de la Fronde, cette longue révolte où tout le monde trahit tout le monde, où l’ami d’hier devient l’ennemi de demain, où l’on va jusqu’à traîner dans la boue la Régente Anne d’Autriche et le cardinal Mazarin, ils couvriront la guerre larvée qui durant des années va opposer Isabelle, devenue duchesse de Châtillon à Mme de Longueville…

Mon avis :

Je suis une grande fan de Juliette BENZONI depuis mon adolescence (la série des Catherine...). Ces romans sont toujours très bien documentés. Cette fois-ci, l'auteure a choisi pour héroïne, un personnage qui a vraiment existé, en nous parlant de la famille Montmorency, et plus précisément d'Isabelle (ou Elisabeth ou encore Angélique de Montmorency-Bouteville, duchesse de Châtillon), la seconde fille de François de Montmorency-Bouteville. Il ne s'agit donc pas d'une héroïne fictive, mais bien d'un personnage historique. La vie d'Isabelle ne commence pas sous les meilleurs auspices : fille de François de Montmorency-Bouteville et d'Élisabeth-Angélique de Vienne, elle nait le 8 mars 1627 à Paris. Elle est la sœur cadette de Marie Louise, future marquise de Valençay et de François-Henri de Montmorency, futur Duc de Luxembourg et Maréchal de France. Suite à un ultime duel, son père est arrêté et décapité, pour avoir défié l'édit royal du 12 mai 1627, laissant derrière lui une jeune épouse enceinte de 3 mois et deux petites filles (Marie Louise 2 ans et Isabelle 3 mois).

Recueillis par leur cousine la princesse de Condé, madame de Bouteville et ses trois enfants vont vivre de nombreuses années au sein d'une des plus grandes familles de France, celle des princes du sang de Condé. Isabelle va fréquenter les trois enfants du couple, notamment le duc d'Enghien (le Grand Condé) dont elle tombe vite amoureuse, et sa sœur Anne-Geneviève, avec laquelle elle entretient une rivalité assez violente. Vous verrez qu'Anne-Geneviève, nourri un sentiment assez troublant pour son frère. 

Dans ce premier tome, nous comprenons vite que le titre est simplement tiré de la rivalité entre Les duchesses de Châtillon (Isabelle) et de Longueville (Anne-Geneviève, frondeuse). Juliette BENZONI nous plonge dans la Fronde et la jeunesse d'Isabelle.

Chose que j'apprécie dans les romans de Juliette BENZONI, c'est que l'histoire d'amour n'est pas au premier plan. Nous (re)découvrons des acteurs très importants de cette époque : la maison de Montmorency et la maison de Condé.

Fidèle à son habitude, Juliette BENZONI sait nous transporter. Les lieux et ambiances sont bien décrits. Mais on s'y perd un peu entre les noms et les titres des personnages, pourtant connus historiquement. Je me suis retrouvée, à plusieurs reprises, à regarder sur Wikipédia, qui était qui, vis-à-vis des uns et des autres.

Après avoir dévoré le premier tome, je suis plongée dans le tome 2.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Pack Confort Formula Baby

9 Janvier 2014, 08:07am

Publié par Flavie

Il y a longtemps que je n'ai pas donné mon avis sur un avis puériculture.

Rappelez-vous, le dernier c'était ICI, pour le babycook. Oh punaise oui, décembre 2011

Aujourd'hui, j'ai envie de vous parler de la poussette Formula Baby.

formula baby.

Prix : 299 €, mais elle est souvent en promo. Nous l'avions d'ailleurs payée 199 € en promo.

Pourquoi ? Lors de la création de la liste de naissance de Moustik, nous avions choisi un tout autre modèle. D'ailleurs ce magasin n'était pas celui dans lequel nous avions ouvert la liste vu le traitement et le professionnalisme auquel nous avions eu droit. Le modèle choisi à l'origine n'était pas du tout dans cette fourchette de prix. En plus aucun modèle ne me plaisait vraiment. Il fallait quelque chose qui me plaise, qui soit simple d'utilisation, peu encombrant, dans un budget limité. Le modèle à 790 € que la vendeuse nous avait poussé à prendre ne nous plaisait absolument pas, était carrément hors de notre budget (même si mis sur la liste de naissance faut pas pousser).

Les + :

  • Son prix. Moins de 300 € pour une poussette combi, il n'y a pas à tortiller du c**.
  • Son poids : 10 kg, je ne la trouve pas trop lourde.
  • Le panier est très pratique, facile d'accès et plutôt spacieux.
  • Peu encombrante. Je l'ai comparée à d'autres modèles, genre la Loola que je considérais comme la Rolls des poussettes à l'époque. Et elle n'est pas beaucoup plus grande.
  • Très maniable.
  • Position couchée pour bébé, c'est super.
  • Le cosy est très facile à mettre et à enlever.
  • Sa poignée réglable. Pratique pour Lhom et son 1 m 93.

coque-formula-baby.jpgLes - :

  • son confort. Enfin perso, j'ai l'impression qu'elle n'est pas très confortable pour bébé. Même si Moustik adorait s'endormir dedans. Je trouve la coque un peu trop incurvée pour les nouveaux nés.
  • Les roues. Il faut bien penser à les mettre parfaitement droites quand vous pliez la poussette sinon vous risquez de vous énerver longtemps sans raison  
  • Contrairement à tout ce que j'avais lu et entendu sur ce modèle, je ne l'ai pas utilisée longtemps. A peine un peu plus d'un an pour être franche. Cette poussette est prévue jusqu'aux 3 ans de l'enfant, pourtant vers les 18 de mois de Moustik, il était déjà dans une autre poussette depuis un petit moment. Elle était devenue difficile à manipuler, carrément laborieux même, vraiment dur à tourner (pas pratique en ville ou dans les magasins). Et pourtant, Moustik n'a jamais été un bébé lourd.
  • Les attaches qui sont vraiment très dures à mettre et à enlever. Limite impossible puisque nous avions fini par abandonner la partie et ne les avons quasiment jamais défaites.

Mon avis :

Du coup, pour Numérobis nous hésitons. C'est LA question depuis quelques mois. Est-ce que nous la revendons pour en prendre une autre alors que celle-ci est déjà payée finalement ? Sachant que nous ne voulons pas de 3me enfant. Oui oui nous sommes sûrs, pour le 3me enfant en tout cas. En même temps on aimerait bien une nacelle que nous trouvons plus pratique que le cosy pour les premiers mois. Puis le fait de l'avoir utilisée à peine un peu plus d'un an alors qu'un autre modèle nous l'aurions utilisé (du moins j'espère) plus longtemps. Le coup des attaches, sa coque un peu trop incurvée à mon goût...

Bah en fait, je vous donne mon avis sur le produit par rapport à notre expérience, mais perso je suis incapable de dire si je l'utiliserais pour Numérobis ou pas. En revanche, à refaire, pour Moustik, je peux dire honnêtement aujourd'hui, que j'aurais préféré prendre un modèle plus cher mais que j'aurais utilisé plus facilement, plus longtemps aussi (1 an, j'ai encore les boules), en ne me demandant pas régulièrement si mon bébé est bien installé... Donc oui finalement, des regrets. Parce que, à me lire, je ne l'utiliserais pas pour Numérobis. Allez hop c'est décidé, je la fous en vente et tant pis si j'en achète une plus chère. Enfin quand même, c'est raisonnable ou pas ?

Et vous, vous me conseillez quel modèle ? Vous avez testée la Formula Baby ? Vous en aviez pensé quoi ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires